AccueilAutonomieArtisanat et savoir-faire11 nœuds essentiels à connaître

11 nœuds essentiels à connaître

Date:

Vous pouvez aussi lire...

Comment prendre des mesures dans la nature

Je souhaite vous partager aujourd'hui le document édité par...

Fabriquer une corde à la main grâce à l’ortie

Vous souhaitez fabriquer une corde ou de la ficelle...

Construire soi-même un petit abri souterrain

Avez-vous déjà envisagé de créer votre abri souterrain ou...

Techniques pour allumer un feu par friction

Allumer un feu par friction s’avère être un objectif...

Pouvons-nous vivre sans technologies ?

La réponse à cette question semble évidente, mais le...

L’apprentissage des nœuds est une étape parfois redoutée pour les amateurs d’activités de plein air et de bushcraft. Il y a tellement de nœuds différents que l’on a tendance à s’y perdre et à se décourager. Pourtant, maitriser quelques nœuds essentiels peut s’avérer utile lors de vos randonnées et soirées bivouac sauvage.

J’ai réalisé une petite sélection des nœuds qui me semblent indispensables en fonction des situations que vous rencontrerez. J’ai recherché des vidéos d’illustration pour vous permettre de pratiquer à votre rythme.

À la fin de cet article, vous aurez les clés pour suspendre votre hamac, accrocher vos ustensiles, réunir deux cordes, assurer votre sécurité, etc.

Nœud plat : utile pour réunir deux cordes

Le nœud plat, aussi appelé nœud de ris est le plus simple des nœuds utilisés pour joindre deux extrémités de cordes de même diamètre. Il est couramment utilisé pour attacher des ficelles, des cordes ou des sangles ensemble, et pour sécuriser des charges sur un bateau ou dans d’autres situations nécessitant une liaison ferme.

Le nœud plat est facile à faire et à défaire tout en restant très solide. Cependant, il convient de noter qu’il peut glisser ou se desserrer si les cordes ont un diamètre différent ou si la tension n’est pas uniformément répartie entre les deux extrémités. Il n’est pas non plus recommandé de l’utiliser avec une corde en nylon : le nœud aura tendance à glisser.

Comment faire un nœud plat ?

Le nœud plat est un nœud parfait pour réunir deux cordes en survie.
Le nœud plat – crédit photo : nageur-sauveteur.com

Pour réaliser un nœud plat, commencez par placer les deux extrémités de corde l’une à côté de l’autre et croisez-les à la moitié de leur longueur. Prenez ensuite l’extrémité de droite et passez-la sur la corde de gauche. Puis, passez l’extrémité de gauche par-dessus la corde de droite. Ensuite, ramenez l’extrémité de droite sous la corde de gauche et, pour finir, passez l’extrémité de gauche sous la corde de droite. Tirez ensuite sur les deux extrémités de la corde pour serrer le nœud.

Ce nœud devrait ressembler à deux boucles entrelacées, et les extrémités des cordes devraient être à des angles opposés l’un de l’autre. Pour le défaire, il suffit de tirer les extrémités dans la direction opposée pour desserrer le nœud.

Nœud de cabestan : une attache sûre dans certains cas

Le nœud de cabestan, aussi appelé deux demi-clés à capeler, sert généralement à attacher une corde ou une ligne à un poteau, un mât ou un anneau pour la hisser ou la maintenir en place. Le nœud de cabestan est souvent utilisé dans la navigation, notamment pour maintenir un bateau à quai. Il est également réglable, ce qui signifie que la tension sur la corde peut être facilement ajustée en fonction des besoins. C’est la raison pour laquelle il est aussi utilisé par les amateurs d’escalade et d’alpinisme.

Le nœud de cabestan est beaucoup plus facile à faire qu’à défaire si on le sert trop. Il est fiable lorsque la tension exercée est verticale. Il se desserre progressivement en cas d’à-coups ou de variation de la tension exercée.

Comment faire un nœud de cabestan ?

Le nœud de cabestan offre une bonne attache.
Le nœud de cabestan – crédit photo : nageur-sauveteur.com

Pour réaliser un nœud de cabestan, commencez par faire une boucle avec la corde en laissant une extrémité plus longue que l’autre. Ensuite, passez l’extrémité la plus longue par-dessus la boucle et enroulez-la autour de la corde pour faire un tour complet. Faites à nouveau passer l’extrémité la plus longue par-dessus la boucle pour former un deuxième tour complet. Puis, enfoncez l’extrémité la plus longue à travers la boucle, à l’intérieur du nœud. Enfin, tirez sur les deux extrémités de la corde pour serrer le nœud.

Nœud de chaise : parfait pour s’attacher à un support

S’il n’y avait qu’un seul nœud à retenir, ce serait celui-ci. Le nœud de chaise est utilisé pour attacher une corde ou une chaîne à un point fixe, tel qu’un anneau ou une bitte d’amarrage. Le nœud de chaise est connu pour sa force et sa capacité à maintenir une tension constante sans se serrer, même sous une forte charge. Il est facile à réaliser et peut être défait rapidement en cas de besoin.

Il peut être réalisé à partir de n’importe quel cordage. Xavier Maniguet nous partage un moyen mnémotechnique pour le retenir et réussir à le nouer dans le noir complet : « je conseille de retenir la méthode bien connue chez certains commandas, qui consiste à assimiler l’extrémité libre (appelée courant ) à une tête de serpent, et le “dormant” à un arbre surmontant un puits figuré par la boucle qui constitue le premier stade du noeud. Le serpent sort la tête du puits, monte faire le tour de l’arbre, puis redescend dans le puits. » dans son ouvrage Survivre, comment vaincre en milieu hostile (que je vous recommande de lire au passage si la thématique de la survie en pleine nature vous intéresse).

Comment faire un nœud de chaise ?

Le nœud de chaise pour accrocher son hamac à un arbre
Le nœud de chaise. Crédit photo : nageur-sauveteur.com

Pour réaliser un nœud de chaise, commencez par faire une boucle en formant un « S » majuscule. Assurez-vous que la boucle soit tournée vers l’intérieur (vers la droite) et que le courant (la partie de la corde en mouvement) passe au-dessus du dormant (la partie statique). Ensuite, passez le courant dans la boucle précédente par le dessous et tirez-le pour qu’il « ressorte » de la boucle. Faites maintenant un tour complet autour du dormant avec le courant, puis ramenez-le dans la première boucle en passant par le dessus. Serrez le nœud en tirant sur les deux extrémités de la corde et ajustez la taille du nœud selon vos besoins. C’est terminé !

Nœud tendeur : suspendez votre hamac ou vos objets

Les nœuds d’attache, tels que le nœud de cabestan, sont souvent destinés à supporter une traction perpendiculaire au support. Toutefois, il peut arriver que l’on ait besoin de tirer horizontalement sur le nœud, c’est là que le nœud tendeur devient très utile. Il peut être noué autour d’un poteau ou d’un arbre pour suspendre une lampe, un sac ou votre hamac. On l’appelle aussi nœud de fouet.

Comment faire un nœud tendeur ?

Pour réaliser ce nœud, il faut commencer par faire une boucle avec la corde en laissant une extrémité plus longue que l’autre. Ensuite, passez l’extrémité la plus longue par-dessus la boucle, faites un demi-tour autour de la boucle avec l’extrémité longue, et passez à nouveau l’extrémité la plus longue par-dessus la boucle. Faites un autre demi-tour autour de la boucle avec l’extrémité longue et enfoncez-la à travers la boucle formée par les deux demi-tours. Enfin, tirez sur les deux extrémités de la corde pour serrer le nœud.

Nœud en huit : assurez votre sécurité

L’une des principales utilisations du nœud en huit est dans les activités d’escalade et d’alpinisme, où il est couramment utilisé pour attacher une corde à un harnais ou à un point d’ancrage. Il est apprécié pour sa résistance et sa capacité à maintenir la corde en place, même lorsqu’elle est soumise à des tensions importantes. Il a l’avantage de se faire et se défaire facilement.

Comment réaliser un nœud en huit ?

Le nœud de huit est connu pour assurer sa sécurité.
Le nœud de huit. Crédit photo : nageur-sauveteur.com

Formez une boucle avec la corde, passez le brin libre par-dessus et sous la boucle, puis à travers la boucle et sous le brin principal, et enfin serrez le nœud.

Nœud de pêcheur

Le nœud du pêcheur est un nœud très pratique pour joindre là encore deux lignes de pêche ou deux morceaux de corde. Il est parfait pour rallonger la longueur d’une corde. Ce nœud est très difficile à dénouer s’il est soumis à une forte tension. Ceci dit, c’est certainement l’un des objectifs de ceux qui l’utilisent…

Comment faire un nœud de pêcheur ?

Nœud d’écoute : joindre deux cordes de diamètre différent

Le nœud d’écoute, est un nœud d’attache très utile pour joindre deux cordes de diamètres différents ou de matières différentes. Ce nœud est souvent utilisé par les marins pour fixer une voile à une écoute. Il a l’avantage de bien résister à la tension et de pouvoir se dénouer facilement sans abimer les cordages.

Comment faire un nœud d’écoute ?

Il faut commencer par faire une boucle avec l’extrémité de la corde la plus grosse. Passez ensuite l’extrémité de la corde plus fine dans cette boucle et faites-la ressortir de l’autre côté. Passez cette même extrémité par-dessus la corde plus grosse, avant de la faire repasser à travers la boucle par-dessous. En tirant sur les deux brins de corde, le nœud d’écoute se forme et peut être ajusté en tirant sur les deux brins pour serrer ou desserrer le nœud.

Nœuds de brêlages : confectionnez votre abri

Ces nœuds font partie des indispensables sur un campement. Ils permettent de lier les piquets, morceaux de bois et rondins pour confectionner votre abri, un radeau, et bien plus.

Pensez à bien serrer la corde dès le début pour que les morceaux soient bien maintenus.

Brêlage en carré

Brêlage en long

Brêlage en diagonale

Brêlage en ciseaux

Si vous souhaitez apprendre à monter votre cabane ou des meubles sans cordages, je vous conseille vivement cet ouvrage de froissartage.

Nœud de lovage : ranger convenablement sa corde

Le dernier nœud est pratique à utiliser puisqu’il permet de ranger sa corde sans l’emmêler.

Méthode parfaite pour ranger sa corde.
Crédit photo : nageur-sauveteur.com

Apprendre à faire ces nœuds progressivement

Maintenant que vous connaissez l’utilité de chacun des nœuds, vous pouvez vous procurer des cordages pour vous entraîner. Plus le diamètre de la corde est petit et moins le nœud est facile à réaliser. Vérifiez les types de corde que vous avez chez vous avant d’investir dans une corde d’escalade. Elle est certes épaisse, mais à moins que vous ne pratiquiez de l’alpinisme, elle prendra rapidement la poussière. Personnellement, j’utilise directement de la paracorde puisque c’est ce que j’embarque avec moi sur le terrain lors de mes randonnées. Vous pouvez aussi fabriquer votre propre corde en pleine nature. C’est une façon ludique de faire découvrir cette technique à vos enfants. Faites des essais et vous verrez ce que vous préférez.

Engagez-vous ensuite à apprendre un nœud par semaine : prenez quelques minutes chaque jour pour pratiquer. Si vous avez l’habitude de vous promener régulièrement, mettez directement en application ces connaissances sur le terrain pour mieux les assimiler. Ce sera certes un peu difficile au début, mais grâce à la pratique, réaliser ces nœuds sera de plus en plus facile pour vous.

Une fois que vous aurez maitrisé ces nœuds, vous pourrez essayer de les réaliser avec des cordages différents pour développer vos capacités d’adaptation (essayez avec certains lacets plats, ce n’est pas si simple…). Si cela vous intéresse, j’ai aussi rédigé un article où je mets en avant les différentes techniques pour fabriquer une corde à la main grâce à l’ortie.

Enfin, si vous souhaitez aller plus loin, voici les ouvrages que j’ai utilisés pour rédiger cet article et qui devraient, je le pense, vous occuper pendant plusieurs mois :

Yvann Robinet
Yvann Robinethttps://bosquetsauvage.com
Je souhaite transmettre mes connaissances relatives aux plantes, partager mon intérêt pour l'autonomie et le développement de soi, promouvoir la connexion entre l'humanité et le monde naturel, remettre au goût du jour les mythes, les contes et les traditions anciennes. Actuellement élève de deuxième année au Collège Pratique d'Ethnobotanique (créé par François Couplan), je proposerai prochainement des activités sur le terrain dans le massif des Ardennes. Je vous en parle bientôt...

Le saviez-vous ?

En Irlande, on avait l’habitude de consulter les esprits du lieu avant de construire sa maison. Quatre bâtons ou quatre tas de pierres étaient installés la veille au soir. S’ils étaient intacts le lendemain matin, la construction pouvait débuter. Dans le cas contraire, il fallait choisir un autre emplacement.

Ne manquez pas mes prochains articles

Nous recevons déjà trop de mails ! C'est la raison pour laquelle je privilégie la qualité à la quantité. Des envois rares mais précieux : c'est le mieux pour vous, pour la planète et pour moi. Consultez la politique de confidentialité pour plus d’informations.

Cela peut vous intéresser...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici