AccueilPlantes sauvagesLes plantains - des plantes comestibles et abondantes

Les plantains – des plantes comestibles et abondantes

Date:

Vous pouvez aussi lire...

La consoude officinale

La consoude officinale, également connue sous le nom scientifique...

Résilience et plantes sauvages

Quel est le lien entre résilience et plantes sauvages...

Tout savoir sur la maladie de l’urine de renard : l’échinococcose

Vous avez certainement déjà entendu parler de la maladie...

La ficaire, une plante à la fois comestible et toxique

J'aimerais aujourd'hui vous parler d'une plante que j'apprécie particulièrement...

Les plantes comme alternative au papier toilette

Vous avez cliqué sur cet article ? Cela témoigne...

Vous cherchez peut-être davantage à vous débarrasser du plantain que de l’utiliser. C’est, il est vrai, une plante vaguement considérée comme “mauvaise herbe”, parce qu’elle pousse là où bon lui semble. C’est une chance pour nous, comme vous allez vite le découvrir. Il s’agit en effet d’une plante comestible et médicinale qui dégage une subtile saveur de champignon. Il existe en réalité plus de 200 espèces de plantains, mais j’évoquerai dans cet article celles qui sont les plus répandues et les plus utilisées. C’est assurément l’une des plantes que l’on trouve en abondance et que l’on reconnaît le plus facilement. Ce qui est idéal pour ceux qui s’intéressent à l’autonomie.

J’ai crée une infographie récapitulative à la fin de cet article pour que vous puissiez vous souvenir des informations importantes.

Description du plantain lancéolé

Noms communs : plantain lancéolé, herbe aux cinq coutures, herbe à cinq côtes, plantain étroit
Nom latin : Plantago lanceolata L.
Famille : Plantaginacées
Répartition en France : très commun en France et en Corse jusqu’à 2200 mètres d’altitude.
Répartition dans le monde : présent en Europe, Afrique, Asie, et en Amérique du Nord.
Milieux : on le trouve sur les bords de chemin et de champs, en lisières de forêt et dans les frichesLe plantain lancéolé apprécie les sols riches en matières carbonées et azotées, équilibré et avec une vie microbienne. De ce fait, le sol dans lequel le plantain pousse est idéal pour créer un potager.

Floraison : d’avril à octobre.

Comment reconnaître le plantain ?

Le plantain est une plante vivace. C’est-à-dire une plante qui vit plusieurs années. Vous la retrouverez donc au même endroit d’année en année.

Je n’ai pas souhaité utiliser le vocabulaire botanique pour que mes descriptions soient claires pour le plus grand nombre. Je crains que celui-ci ne soit contreproductif pour les néophytes. Les plantains sont en effet faciles à reconnaître. N’hésitez pas à consulter la fiche Tela-botanica pour avoir un descriptif complet avec des termes précis.

Reconnaître le plantain lancéolé (Plantago lanceolata)

  • Le plantain lancéolé mesure entre 20 et 50 cm de hauteur.
  • Ses feuilles sont dressées et ont une forme de lance. Elles comportent entre 5 et 7 nervures presque parallèles. On les sent en relief au touché au dos de la feuille. C’est la raison pour laquelle on l’appelle aussi « herbe aux cinq coutures »
  • Il y a un léger duvet sur les feuilles.   
  • Les feuilles sont disposées en rosette
  • Le pétiole n’est pas visible ou est très court. (partie que l’on appelle communément « tige »)
  • Son inflorescence (la partie de la tige portant les fleurs) est un épi.

Reconnaître le plantain moyen (Plantago media)

  • Sa rosette est plaquée contre le sol.
  • Ses feuilles sont ovales, avec un nombre de nervures compris entre 5 et 9.
  • Le pétiole n’est pas visible
  • Un duvet blanchâtre est présent sur les feuilles
  • Son inflorescence est un épi.

Reconnaître le grand plantain (Plantago major) 

  • Le grand plantain mesure jusqu’à 40 cm de hauteur. Pas plus grand que le plantain lancéolé ou moyen, contrairement à ce que son nom commun indique.
  • Son pétiole (partie de la feuille reliant le limbe à la tige) est long et bien visible.
  • Ses feuilles sont de dimension assez large, ovales et comprennent entre 5 et 9 nervures ;
  • Son inflorescence est un épi.

Quand et comment cueillir le plantain ?

On peut le cueillir toute l’année, mais ses feuilles sont bien plus tendres au printemps. La cuisson des feuilles plus coriaces est nécessaire par la suite. Quant à son épi, il est délicieux cru ou cuit, avant, pendant et juste après la floraison. Les graines apparaissent en été et ont un effet laxatif à haute dose. Le plantain fait en effet partie de la même famille que le “psyllium”, le plantain des indes.

Évitez de cueillir en zones urbaines, polluées, près des voies ferrées ou industrielles. Le plantain est une plante proche du sol, raison pour laquelle il est nécessaire de faire preuve de prudence. S’il est possible de consommer les jeunes feuilles au printemps sans risques, il est préférable de cuire sa récolte afin de tuer les éventuels parasites sur les plantes un peu plus âgées. L’échinococcose est la maladie parasitaire la plus connue, mais ne représente qu’environ 30 cas par an en France.

Le problème est sa période d’incubation asymptomatique qui peut s’étaler de 5 à 15 ans. Lorsqu’on aspire à vivre de manière plus autonome, il est primordial de prévenir les risques pour préserver sa santé.

Faites absolument cuire le plantain si vous le cueillez près d’une source d’eau ou à proximité de bovins (risque de douve du foie).

Recettes au plantain

Les plantains dégagent une subtile saveur de champignon. Vous pouvez ajouter leurs jeunes feuilles à vos salades. Avec le temps, les feuilles deviennent de plus en plus filandreuses et amères, mais ce n’est pas un problème si vous les consommez en soupe.

Personnellement, j’apprécie les saisir dans une poêle bien chaude en les faisant revenir quelques secondes accompagnées d’une échalote finement ciselée et d’huile d’olive ou de beurre salé.

Pour conserver et consommer le plantain toute l’année, n’hésitez pas à faire vos bocaux lactofermentés. Il s’agit du même processus de conservation utilisé pour faire de la choucroute. L’avantage est que vous pourriez faire des réserves pour plusieurs années.

Il est aussi possible de faire sécher ses feuilles et ses graines, avant de les broyer pour obtenir une poudre consistante. Elle sera parfaite pour épaissir vos potages ou enrichir vos farines.

Propriétés médicinales du plantain

Une utilisation ancienne

Le plantain est une plante bien connue et son usage était préconisé pendant l’Antiquité par Dioscoride, Galien, mais aussi beaucoup plus tard par Hildegarde de Bingen au Moyen Âge.

Illustration du grand plantain comestible
Illustration du grand plantain

On dit que le plantain a la capacité de purifier le sang, les poumons et l’estomac. Il est en effet utilisé traditionnellement pour soigner l’hémophilie ou la diarrhée, mais aussi la dysenterie, les retards de développement chez les enfants, la tuberculose, la bronchite chronique, la pharyngite, la laryngite, la néphrite. Les Chinois utilisent les graines pour leurs fonctions diurétiques et pour éliminer les déchets d’urée, d’acide urique et de chlorure produits par le corps.

En usage externe, cette plante est utilisée contre la conjonctivite, l’inflammation des paupières, les plaies, les coupures, les ulcères des jambes, les infections des dents, les dartres , les pertes blanches, l’ichtyose, l’érythème. Elle soulage en outre les piqures d’insectes.

L’utilisation du plantain aujourd’hui

Infographie récapitulative à télécharger en fin d’article

Les feuilles du plantain lancéolé et du plantain majeur sont inscrites sur la liste A des plantes utilisées par la pharmacopée française. De ce fait, leur vente est réservée aux pharmaciens. Certaines herboristeries le proposent tout de même à la vente, mais l’origine du plantain est souvent lointaine. Il me semble beaucoup plus raisonnable pour des raisons écologiques et financières de cueillir le plantain directement dans la nature. C’est une plante très abondante et facile à reconnaître. Elle est parfaite pour se nourrir et se soigner en situation de survie ou d’autonomie.

Le plantain a des propriétés antiseptique, antiallergique, anti-inflammatoire, cicatrisante, hémostatique (aide le sang à coaguler) et antispasmodique. Cela s’explique par la richesse du plantain en mucilages, polysaccharides, iridoïdes, flavonoïdes, tanins, etc.

Indications

Si l’on souhaite utiliser les propriétés médicinales du plantain, il faut utiliser ses feuilles, ses graines ou ses parties aériennes.  Même si sa racine a aussi des propriétés médicinales, je vous recommande la laisser en place pour permettre à la plante de vivre.

Pour aider le corps à aller mieux en cas de rhume, maux de gorge, toux, allergies, diarrhées ou gastrites :

Vous pouvez infuser 1,5g de feuilles séchées (deux cuillères à café rases) dans 150 ml d’eau bouillante. Laissez infuser 10 à 15 minutes puis filtrez. Consommez 3 à 4 tasses dans la journée.²

Il n’y a pas de contre-indication, si ce n’est pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 3 ans par précaution. Il peut avoir des effets hypotenseurs et laxatifs à haute dose.

Utilisez le plantain pour vos alcoolatures, sirops, gargarismes ou macérats huileux. Ce dernier pourra être utilisé au quotidien, pour soigner ou soulager un érythème fessier, l’eczéma, etc.

Utilisez directement ses feuilles fraiches ou broyées en cataplasme pour soulager une ampoule ou une piqure. Le simple fait de froisser quelques feuilles et de les appliquer sur la zone affectée soulage la douleur presque instantanément.

Risques de confusion

Les plantains sont facilement reconnaissables, mais il existe un risque de confusion au stade jeune, lorsqu’il n’y a qu’une rosette. Néanmoins, la règle essentielle à respecter est de ne jamais consommer une plante que vous n’avez pas identifiée à 100%.

Vératre blanc
(Veratrum album subsp. album)

Il s’agit d’une plante toxique de montagne.

Gentiane jaune
(Gentiana lutea L.)

La gentiane jaune est une plante médicinale.

Comment se débarrasser du plantain ?

Le plantain est une plante comestible qui dégage une bonne saveur de champignon. Le meilleur moyen de s’en débarrasser est tout simplement de le consommer ou de le cueillir pour les poules (qui en raffolent). Dès qu’il repousse, cueillez-le à nouveau et appréciez-le comme un légume sauvage dont vous n’avez pas besoin de vous occuper.

Téléchargez 3 infographies

Vous pouvez télécharger l’infographie récapitulative sur laquelle figurent les principales informations de cet article. Vous recevrez également deux autres infographies, ainsi que les prochaines ressources publiées concernant les plantes sauvages.

Nous recevons déjà trop de mails ! C’est la raison pour laquelle je privilégie la qualité à la quantité. Des envois rares mais précieux : c’est le mieux pour vous, pour la planète et pour moi. Consultez la politique de confidentialité pour plus d’informations.

N’hésitez pas à consulter les autres articles que j’ai rédigés concernant d’autres plantes sauvages comestibles.

Yvann Robinet
Yvann Robinethttps://bosquetsauvage.com
Je souhaite transmettre mes connaissances relatives aux plantes, partager mon intérêt pour l'autonomie et le développement de soi, promouvoir la connexion entre l'humanité et le monde naturel, remettre au goût du jour les mythes, les contes et les traditions anciennes. Actuellement élève de deuxième année au Collège Pratique d'Ethnobotanique (créé par François Couplan), je proposerai prochainement des activités sur le terrain dans le massif des Ardennes. Je vous en parle bientôt...

Le saviez-vous ?

L'ail des ours était utilisé par les Celtes en tant que plante purifiante. Elle était considérée comme une plante magique du fait de son odeur puissante. Portée par une femme enceinte, la plante protégeait l'enfant à venir.

Ne manquez pas mes prochains articles

Nous recevons déjà trop de mails ! C'est la raison pour laquelle je privilégie la qualité à la quantité. Des envois rares mais précieux : c'est le mieux pour vous, pour la planète et pour moi. Consultez la politique de confidentialité pour plus d’informations.

Cela peut vous intéresser...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici