AccueilPlantes sauvagesLe trèfle des prés

Le trèfle des prés

Date:

Vous pouvez aussi lire...

Caractéristiques de la famille des Brassicacées

Anciennement appelée Crucifères, la famille des Brassicacées est l'une...

N’ayons pas peur d’utiliser le nom latin des plantes

Les plantes sauvages vous intéressent de plus en plus,...

Fabriquer une corde à la main grâce à l’ortie

Vous souhaitez fabriquer une corde ou de la ficelle...

L’herbe à curry : une immortelle à découvrir

Si le curry ne provient pas d'une plante en...

TOP 10 des arbres comestibles à connaître

S'il est difficile de penser aux arbres lorsqu'on recherche...

Vous savez déjà probablement reconnaître un trèfle, une plante sauvage comestible dont vous suciez spontanément le nectar étant enfant. À moins que vous recherchiez plutôt un rare spécimen à quatre feuilles. Quoi qu’il en soit, votre instinct disait vrai : cette plante est comestible de la fleur aux racines. Nous devrions en réalité parler de trèfles parce qu’il existe de nombreuses espèces. Ils font partie des plantes sauvages comestibles les plus répandues en France, en Belgique et en Suisse.
C’est la raison pour laquelle apprendre à les reconnaître peut s’avérer utile. Les personnes qui aspirent à l’autonomie alimentaire pourraient en semer à proximité de leur habitation et ainsi en profiter tout au long de l’année, sans avoir à fournir trop d’efforts.

Description du trèfle des prés

Illustration du trèfle : plante sauvage comestible
Le trèfle des prés – Trifolium pratense L.

Nom commun : trèfle des prés, trèfle rouge
Nom latin : Trifolium pratense L.
Famille : Fabacées
Répartition en France : très commun en France et en Corse jusqu’à 2700 mètres d’altitude environ.
Répartition dans le monde : présent dans toute l’Europe, aux États-Unis, en Asie occidentale et en Afrique septentrionale
Milieux : le trèfle des prés pousse généralement dans un sol humide et frais, neutre ou calcaire. Il apprécie les espaces ensoleillés ou la mi-ombre. On le trouve facilement sur les bords de chemins, dans les pelouses, les prairies et les pâturages. Sa présence témoigne d’un sol engorgé d’eaux et riche en matière organique.
Floraison : de mai à octobre selon les régions

Comment reconnaître le trèfle ?

Inflorescence de trèfle des prés.

Le trèfle des prés est une plante vivace que l’on retrouve généralement en colonies. Si vous repérez une station de cueillette, vous pourrez y retourner de temps à autre pour le cueillir. L’avantage des plantes sauvages est que, contrairement à certains potagers, vous n’avez pas à vous en occuper.

Le vocabulaire botanique étant souvent difficile à comprendre, j’ai essayé d’utiliser les termes les plus simples. Vous aurez la possibilité d’afficher une définition pour les termes un peu plus compliqués dont je n’ai pas pu me passer.

D’ailleurs, le trèfle des prés n’est pas le seul trèfle comestible. Il y en a beaucoup d’autres, le genre Trifolium comprenant près de 300 espèces. Je vais en évoquer certaines pour que ceux que ça intéresse puissent les différencier.

Description du trèfle des prés (Trifolium pratense L.)

Comment reconnaître le trèfle des prés ? C’est assez simple. Il s’agit d’une plante mesurant entre 10 et 50 cm de hauteur. Sa tige est couchée à la base puis redressée, de forme ronde et pleine. Ses feuilles de couleur vert terne sont souvent légèrement recouvertes de poils et réunies à la base. Il s’agit en réalité d’une feuille composée de 3 folioles. Il arrive rarement que l’on trouve 4 folioles (un trèfle à 4 feuilles 🍀). Si vous observez bien, il y a un petit motif en “V” ou en forme de croissant au-dessus de chaque foliole. Le dessous est plutôt clair.

Les inflorescences du trèfle des prés sont composées de petites fleurs roses disposées en grosses têtes globuleuses. L’inflorescence est plus précisément une grappe terminale mesurant jusqu’à 3 cm de diamètre et rassemblant de nombreuses petites fleurs.

les feuilles du trèfle des prés
Le trèfle des prés – une plante sauvage comestible. Crédit photo : jpm – Tela Botanica – CC-BY-SA 2.0 FR

Comment reconnaître et différencier les trèfles comestibles ?

Les quelques trèfles présents ci-dessous illustrent de la diversité des différentes espèces de trèfles. Cette liste est évidemment loin d’être exhaustive, puisque j’ai préféré me concentrer sur les espèces que l’on peut facilement trouver partout en Europe. J’aurais pu toutefois citer le trèfle des montagnes (Trifolium alpinum) dont les racines dégagent une agréable saveur de réglisse.

Le trèfle rampant (Trifolium repens L.)

Les folioles du trèfle rampant sont dentées. On l’appelle aussi trèfle blanc parce que ses fleurs sont blanches. Elles ont la particularité de tomber vers le bas une fois fécondées.


Trèfle incarnat (Trifolium incarnatum L.)

Ses inflorescences sont très longues et d’une couleur pourpre intense.

inflorscence du trèfle incarnat
Inflorescence du trèfle incarnat. Crédit photo : Bernd Haynold – Wikipedia – CC BY-SA 2.5

Trèfle fraise (Trifolium fragiferum L.)

Les folioles de ce trèfle n’ont pas de motif blanc ressemblant à un “V” sur le dessus. Ses fleurs sont de couleur rose pâle et ressemblent à une framboise ou à une fraise une fois fécondées.

trèfle fraise, une autre plante comestible
Inflorescences du trèfle fraise. Crédit photo : Pauline Guillaumeau – Tela Botanica – CC BY-SA 2.0

Il est aussi possible que vous confondiez les trèfles avec d’autres plantes sauvages. Consultez la partie dédiée aux confusions possibles plus bas dans l’article.

Quand et comment cueillir les trèfles ?

Votre cueillette sera plus abondante au printemps, mais il est possible de cueillir du trèfle toute l’année. Comme la plupart des plantes sauvages comestibles, ses feuilles sont légèrement plus tendres avant la floraison. Rien ne vous empêche de les faire cuire par la suite pour les attendrir. C’est même recommandé si vous souhaitez en consommer beaucoup (ce qui peut être généralement le cas en situation de survie ou dans le cadre d’une autonomie alimentaire).

La période allant de mai à juillet est propice à la cueillette des fleurs de trèfles. Vous les trouverez en grande quantité.

Lors de votre cueillette, veillez toujours à respecter certaines règles pour préserver votre santé : évitez les zones polluées, faites cuire vos plantes si vous les récoltez dans les pâturages, etc.

Les trèfles en cuisine

Inflorescence de trèfle comestible sous la rosée
Inflorescence de trèfle des prés sous la rosée.

Ces plantes sont riches en protéines complètes, oligo-éléments, antioxydants, vitamines, sels minéraux, etc. Ce n’est pas un hasard si elles sont utilisées comme plante fourragère pour engraisser le bétail. Les feuilles de trèfles ont une saveur agréable, crues ou cuites. Vous pouvez sans problème les ajouter de temps à autre à vos salades composées. Privilégiez la cuisson si votre cueillette a été fructueuse, afin d’éviter les problèmes digestifs : en poêlées, en soupe, etc. Le séchage est une méthode de conservation à envisager si vous souhaitez confectionner une poudre consistante à ajouter à vos potages ou vos farines.

Pour la petite histoire, les Amérindiens faisaient bouillir les trèfles avec d’autres plantes sauvages ou les faisaient cuire à l’étouffée. Ils appréciaient tellement cette plante qu’ils consommaient même sa racine, pourtant assez mince. L’ensemble de la plante étant comestible, ne vous en privez pas si vous êtes en situation de survie. Dans d’autres cas, il est préférable de laisser la racine en place pour profiter de cette plante sauvage d’année en année.

Le nectar sucré des fleurs de trèfles est très apprécié. Ajoutez-les à vos différentes préparations ou laissez-les en place pour récolter les graines. Vous pourrez ainsi semer du trèfle à proximité de chez vous ou les faire germer à la maison. Les pousses de trèfle sont délicieuses.

En bref, vous pouvez retenir que le trèfle est comestible cru avec modération, mais il est possible de le consommer à volonté une fois cuit.

Propriétés médicinales du trèfle des prés

Le trèfle des prés permet de diminuer les troubles liés à la diminution des œstrogènes (en cas de ménopause). Les propriétés phyto-œstrogéniques des isoflavonoïdes de la plante permettent en effet de réduire les bouffés de chaleur, la fatigue, l’irritabilité, etc.

Associé à d’autres plantes en cataplasme, le trèfle des prés soulage les problèmes cutanés tels que l’eczéma ou le psoriasis. Utilisé en tisane ou en gargarisme, il soulage en outre les maux de gorge et la toux.

Ces utilisations sont connues grâce à la médecine populaire et à certaines études scientifiques.

Risques de confusion

Les trèfles sont facilement reconnaissables, mais il existe un risque de confusion avec les autres plantes de la famille des Fabacées. La règle essentielle à respecter est de ne jamais consommer une plante que vous n’avez pas identifiée à 100%.

Feuilles de luzerne cultivée
Folioles de luzerne cultivée. Crédit photo :
Emmanuel Stratmains – Tela Botanica – CC-BY-SA 2.0 FR

Les luzernes (Medicago spp.)

Les luzernes font partie de la même famille que les trèfles. Il arrive à certaines personnes de les confondre lorsque l’inflorescence n’est pas visible. Les luzernes sont heureusement comestibles. Ses folioles sont mucronées. C’est-à-dire qu’il y a une sorte de petite pointe à leur sommet.


Les oxalis (Oxalis spp.)

Aussi appelés “faux trèfles”, les oxalis sont des plantes comestibles à consommer avec modération. Elles contiennent en effet de l’acide oxalique. Cela lui donne une saveur acidulée que ne dégage pas le trèfle. Ses folioles sont en forme de cœur et ont tendance à se replier à la tombée de la nuit.

Folioles en coeur de l’Oxalis corniculata – Crédit photo : Catherine MAHYEUX – Tela Botanica – CC-BY-SA 2.0 FR

Il n’existe aucun risque de confusion avec des plantes toxiques ou mortelles. Néanmoins, veillez à toujours bien identifier une plante à 100% avant de la consommer.


N’hésitez pas à consulter les autres articles concernant d’autres plantes sauvages comestibles. 😊


Références :
-Tela Botanica – trèfle des prés. (s. d.). Consulté à l’adresse https://www.tela-botanica.org/bdtfx-nn-69291-synthese
-Couplan F. (2019). Reconnaître facilement les plantes. Identifier, toucher, préparer, goûter. Illustrated édition. DELACHAUX, Paris, 256 p.
-Couplan F. (2017) Le régal végétal – Reconnaître et cuisiner les plantes comestibles. (2017) éd. Sang de la Terre, Paris, 528 p.
-Couplan F. (2022). L’Herbier à croquer. Vol 1. Exuvie, Paris, 190 p.
-Fragnière Y., Ruch N., Kozlowski E., & Kozlowski G. (2020). Connaissances botaniques de base en un coup d’oeil. 121e‑02 éd. Ulmer, Paris, 320 p.

Yvann Robinet
Yvann Robinethttps://bosquetsauvage.com
Je souhaite transmettre mes connaissances relatives aux plantes, partager mon intérêt pour l'autonomie et le développement de soi, promouvoir la connexion entre l'humanité et le monde naturel, remettre au goût du jour les mythes, les contes et les traditions païennes. Actuellement élève de deuxième année au Collège Pratique d'Ethnobotanique (créé par François Couplan), je proposerai prochainement des activités sur le terrain dans le massif des Ardennes. Je vous en parle bientôt...

Le saviez-vous ?

En Irlande, on avait l’habitude de consulter les esprits du lieu avant de construire sa maison. Quatre bâtons ou quatre tas de pierres étaient installés la veille au soir. S’ils étaient intacts le lendemain matin, la construction pouvait débuter. Dans le cas contraire, il fallait choisir un autre emplacement.

Ne manquez pas mes prochains articles

Nous recevons déjà trop de mails ! C'est la raison pour laquelle je privilégie la qualité à la quantité. Des envois rares mais précieux : c'est le mieux pour vous, pour la planète et pour moi. Consultez la politique de confidentialité pour plus d’informations.

Cela peut vous intéresser...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici