AccueilAutonomieArtisanat et savoir-faireComment utiliser la résine de pin ?

Comment utiliser la résine de pin ?

Date:

Vous pouvez aussi lire...

Résilience et plantes sauvages

Quel est le lien entre résilience et plantes sauvages...

Les plantes comme alternative au papier toilette

Vous avez cliqué sur cet article ? Cela témoigne...

Comment prendre des mesures dans la nature

Je souhaite vous partager aujourd'hui le document édité par...

Le troc : un système d’échange à redécouvrir

Le troc, qu'est-ce que c'est ? Il s'agit d'un...

Éco-village : un modèle à éviter ?

Le modèle d'éco-village ou des communautés "autonomes" est-il à...

Vous êtes à la recherche des utilisations possibles de la résine de pin ? Vous êtes au bon endroit. Les conifères du genre pinus produisent naturellement une résine, que certains appellent à tort sève.

Elle aide à la cicatrisation des plaies de l’arbre et empêche le développement des bactéries ou champignons. Les animaux et les insectes n’apprécient pas vraiment l’odeur de la résine, ce qui constitue une défense supplémentaire pour les pins.

Cette résine est très utile au quotidien, si bien que l’Homme l’utilise depuis la préhistoire. Ils s’en servaient alors comme colle pour confectionner des outils : attacher une pointe de flèche, etc. Les Amérindiens l’utilisaient quant à eux pour étanchéifier leurs canoés.

Aujourd’hui, il y a tellement de façons d’utiliser la résine de pin que je vais lui dédier un article complet. Vous découvrirez les différents usages de la résine de pin au quotidien ou en situation de survie. Les différentes méthodes pour extraire la résine seront aussi présentées, ainsi que les arbres à privilégier.

Vous pourrez télécharger gratuitement une infographie récapitulative à la fin de cet article.

Faire un pansement avec la résine de pin

Résine de pin séché
Résine de pin séchée

En situation de survie, il se peut que vous n’ayez pas le matériel médical nécessaire pour soigner une blessure. Cette dernière peut très vite s’infecter en situation dégradée, raison pour laquelle il faut la soigner en priorité. S’il y a un pin à proximité, c’est parfait. Coupez une petite branche et attendez quelques minutes. Vous verrez apparaître la résine de pin que vous pourrez directement appliquer sur votre blessure.

Elle agit comme une substance adhésive qui protège la plaie des éléments pathogènes extérieurs. Grâce à ses propriétés antiseptiques, elle évite les infections. Elle a l’avantage de s’appliquer facilement sur la peau, mais durcit rapidement à l’air libre.

La colle en résine de pin

C’est l’un des premiers usages traditionnels de la résine de pin. Fabriquer de la colle permettait en effet de confectionner des outils en attachant les différentes parties (une pierre à un morceau de bois, par exemple). C’est une colle qui résiste peu aux chocs. Si vous souhaitez relier deux objets, renforcez le lien avec du tendon animal par exemple. Il est toutefois possible d’assouplir cette colle en ajoutant 1/3 de cire d’abeille.

Pour fabriquer cette colle, faites fondre ½ de résine et ½ de charbon pilé. (1/3 chacun si vous incorporez la cire d’abeille). Vous obtiendrez une texture assez épaisse et bien collante, utilisable directement.

Faire des bonbons à la résine de pin

Rien de tel que des bonbons pour se remonter le moral. La première option ne nécessite pas de préparation puisqu’il est possible de directement sucer les morceaux de résine séchée que vous trouvez. Ce qui est parfait en randonnée ou en situation de survie. Mais si vous voulez avoir un goût plus sucré en bouche, il vous faudra faire un peu de cuisine.

Infographie récapitulative à télécharger gratuitement à la fin de cet article.

Choisissez toujours la résine la plus pure que vous puissiez trouver. Chauffez-la ensuite dans un récipient jusqu’à ce qu’elle soit bien liquide. Ajoutez-y ensuite du sucre ou du miel, selon votre préférence. Concernant la quantité, c’est selon votre goût. Je n’aime pas que ce soit trop sucré : je n’ajoute qu’un volume de miel pour un volume de résine. Si vous ajoutez trop de miel, vos bonbons ne durciront pas.

En outre, pensez à mélanger pour éviter que ça ne brûle, un bâton fait très bien l’affaire en pleine nature. Ne respirez pas les vapeurs générées pendant la cuisson.
Une fois que votre mélange est bien fondu et homogène, versez-le dans des moules. Les coquilles de noix font très bien l’affaire en pleine nature. Sinon, versez simplement le mélange de sorte à faire des pastilles sur une pierre propre ou du papier sulfurisé.

Fabriquer de l’allume-feu

Si le bois des résineux est connu pour sa facilité à brûler, c’est évidemment grâce à sa résine. Elle constitue en effet un excellent allume-feu lorsqu’on n’a pas d’amadou à sa disposition. Il suffit tout d’abord de réduire la résine séchée le plus finement possible avant de la faire fondre. Plus les morceaux sont petits, et mieux la résine fond. Imbibez ensuite des feuilles mortes ou des bandelettes en coton que vous laisserez sécher. Ce sont vos allume-feux !

Fabriquer une torche

Les propriétés de la résine de pin sont non seulement utiles pour allumer un feu, mais aussi pour confectionner une torche. Il suffit pour cela d’imbiber un tissu de résine fondue afin de l’enrouler autour d’un bâton.
L’autre possibilité est d’imbiber une pomme de pin et la coincer à l’extrémité d’un bout de bois sur lequel vous ferez 2 entailles perpendiculaires.
Faites attention, une fois la torche allumée, la cire fond et coule au fur et à mesure. Penchez-là pour ne pas vous brûler.

Se laver avec la résine de pin

Les propriétés antiseptiques de la résine de pin sont parfaites pour se nettoyer le corps.

Dans un premier temps, mélangez et faites fondre de la cendre blanche avec quelques morceaux de résine pilée dans de l’eau. La texture doit être ni trop liquide, ni trop compacte. Si vous voulez créer une sorte de savon, ajoutez de l’argile ou de la glaise et faites évaporer le maximum d’eau. Compressez ensuite votre préparation pour la conserver. Il vous suffira d’ajouter de l’eau pour pouvoir l’utiliser.

L’hygiène est très importante. Mais les différents types de savons, quels qu’ils soient, suppriment le sébum qui protège la peau. Il faut essayer de préserver cette couche protectrice par temps froid et en situation de survie. Penser donc à ne vous laver qu’à l’eau de temps en temps, ou de manière plus douce, en utilisant de l’argile.


Éloigner les insectes

La résine de Storax de Turquie

L’odeur dégagée par la résine de pin brulée est un répulsif naturel. N’hésitez donc pas à en déposer sur du charbon ardent pour qu’il se consume lentement et éloigne les nuisibles.
Vous pouvez aussi l’utiliser dans un porte-encens, à la maison. Personnellement, j’adore brûler différentes résines pour le plaisir. Chacune d’entre elle a une odeur particulière. Je vous conseille la résine de Storax de Turquie et la résine de Myrrhe de Somalie. Elles dégagent une odeur enivrante.


Je vais maintenant vous présenter les différentes techniques pour extraire la résine de pin.

Récolter la résine de pin

En Europe, on peut récolter la résine de pin sur les différents conifères résineux :
Pins sylvestres, les cyprès, sapins, épicéas, les genévriers. Si vous ne savez pas les reconnaître précisément, ce n’est pas si grave. On peut extraire la résine de tous les conifères résineux en France, sans risque de toxicité.

Pour information, l’if est certes un conifère, mais ce n’est pas un résineux. Il ne produit aucune résine (et il s’agit de toute façon d’un arbre très toxique : seule l’arille est comestible, c’est à dire la partie rouge qui entoure son fruit : ingérer son noyau peut vous tuer).

Observez le tronc ou les branches du conifère qui vous intéressent. Si vous observez de la résine, c’est parfait.

La première méthode consiste à glaner de la résine sur les différents pins. Il vous suffit de prendre les morceaux de résine séchée que vous trouvez. Il y a parfois d’assez gros morceaux qu’il faut enlever avec un couteau. C’est personnellement la méthode que je préfère parce qu’elle respecte l’arbre et que j’arrive toujours à glaner ce dont j’ai besoin.

La seconde méthode s’appelle le gemmage et elle est à privilégier si vous avez besoin d’importantes quantités de résine. C’est une technique qui consiste à réaliser une brèche dans l’écorce de l’arbre pour ensuite prélever la résine. Sachez qu’il est interdit de gemmer dans les forêts publiques. Vous ne pouvez gemmer que s’il s’agit de vos arbres.

C’est une méthode violente pour l’arbre. Pour lui permettre de vivre et se soigner, il faut privilégier les arbres plus âgés. C’est la raison pour laquelle vous devez sélectionner les arbres avec un tronc faisant au minimum environ 1,10 mètre de circonférence. Pour vérifier que le diamètre est suffisamment important, une astuce consiste à se coller contre le pin et l’entourer avec son bras droit. Si vous voyez un bout de votre main sans bouger la tête, c’est que l’arbre est trop jeune.

Une fois que vous avez trouvé un arbre à gemmer, vous devez utiliser l’une des techniques de gemmages présentées ci-dessous.


La technique ancestrale du gemmage au « cròt »

Les premiers gemmologues creusaient un trou au pied du pin, généralement entre ses racines, et le recouvraient de mousse. Ils réalisaient ensuite une incision dans l’écorce proche du sol pour faire couler la résine. Le pin cicatrise rapidement, si bien qu’ils renouvelaient l’incision à plusieurs reprises et de plus en plus haut.


L’avantage de cette méthode est sa simplicité. La résine est cependant mêlée à de nombreuses impuretés comme la terre. Vous pouvez utiliser cette technique si vous souhaitez fabriquer de la colle.

La méthode Pierre Hugues

Pierre Hugues, avocat et agriculteur bordelais, a breveté vers 1840 une nouvelle méthode de récolte de la résine. Le procédé consiste à placer le pot entre une lamelle de zinc et un clou suffisamment enfoncé pour supporter le poids du pot. La résine coule dans le pot grâce à cette lamelle. L’avantage de cette méthode est d’obtenir une résine beaucoup plus pure. Ce qui est parfait pour confectionner des bonbons.

Il existe un autre procédé d’extraction à l’acide sulfurique. Elle est beaucoup trop néfaste pour l’environnement pour être encore utilisée.

J’ai cependant appris l’existence d’un autre procédé, présenté en quelques minutes dans cette vidéo.

Comment nettoyer la résine de pin

Comme vous le savez, la résine est une substance très collante difficile à nettoyer. Pendant vos différentes préparations, vous risquez d’en mettre partout. Voici quelques astuces pour enlever la résine d’un vêtement ou d’un ustensile.

La solution la plus simple est de chauffer la résine pour la ramollir avant de la retirer. Si vous souhaitez nettoyer une casserole, ajoutez-y de l’eau bouillante et attendez que la résine se dissolve.

Dans le cas d’un vêtement, je vous conseille de gratter délicatement la résine avant de nettoyer le restant avec de l’eau vinaigrée. Vous pouvez aussi réchauffer la résine avec un sèche-cheveux. Les tâches laissées par la résine de pin peuvent être éliminées en les frottant avec du savon de Marseille. Attendez au moins 15 minutes avant de rincer.

Téléchargez 3 infographies

Vous pouvez télécharger l’infographie récapitulative sur laquelle figurent les principales informations de cet article. Vous recevrez également deux autres infographies, ainsi que les prochaines ressources publiées concernant les plantes sauvages.

Nous recevons déjà trop de mails ! C’est la raison pour laquelle je privilégie la qualité à la quantité. Des envois rares mais précieux : c’est le mieux pour vous, pour la planète et pour moi. Consultez la politique de confidentialité pour plus d’informations.


Yvann Robinet
Yvann Robinethttps://bosquetsauvage.com
Je souhaite transmettre mes connaissances relatives aux plantes, partager mon intérêt pour l'autonomie et le développement de soi, promouvoir la connexion entre l'humanité et le monde naturel, remettre au goût du jour les mythes, les contes et les traditions anciennes. Actuellement élève de deuxième année au Collège Pratique d'Ethnobotanique (créé par François Couplan), je proposerai prochainement des activités sur le terrain dans le massif des Ardennes. Je vous en parle bientôt...

Le saviez-vous ?

En Irlande, on avait l’habitude de consulter les esprits du lieu avant de construire sa maison. Quatre bâtons ou quatre tas de pierres étaient installés la veille au soir. S’ils étaient intacts le lendemain matin, la construction pouvait débuter. Dans le cas contraire, il fallait choisir un autre emplacement.

Ne manquez pas mes prochains articles

Nous recevons déjà trop de mails ! C'est la raison pour laquelle je privilégie la qualité à la quantité. Des envois rares mais précieux : c'est le mieux pour vous, pour la planète et pour moi. Consultez la politique de confidentialité pour plus d’informations.

Cela peut vous intéresser...

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici